Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2015 5 27 /03 /mars /2015 11:38

Les réunions concurrentes : l’Instance constitutive le 13 mars et le Conseil national de Nidaa Tounes, le 14 mars attestent un conflit de légitimité. Les dirigeants sont ainsi divisés. Le président du parti, son secrétaire général et son directeur exécutif préconisent, lors de la réunion du comité fondateur, des sorties de crises, par des réajustements, dans le cadre des préparatifs de l'élection du bureau politique et de la tenue du congrès. Par contre, le Conseil national de Nidaa Tounes, réuni sans l'aval du comité fondateur, en présence d’un certain nombre de dirigeants (Hafedh Caïd Essebsi, Khemaies Ksila, Abdelaziz Kotti, Khaled Chouket et Nabil Karoui) met à l'ordre du jour «la rectification du fonctionnement du parti ». Fait d'évidence, une crise aigue agite, ces derniers jours, le parti Nidaa Tounes. Recevant les protagonistes, le leader fondateur du parti, l'actuel président de la république, recommande de contenir la crise et fait valoir le nécessaire consensus.

Ces repositionnements conflictuels favorisent bien entendu les manœuvres. Peut-on exclure des jeux de coulisses internes ou externes, sans la connaissance bien entendu des protagonistes, dans le but d'affaiblir le parti et d'identifier une alternative ? Une scission, accompagnée par une division des députés de Nida, changerait les rapports de forces au parlement et mettrait en cause la majorité. De toute façon, elle affaiblirait le gouvernement et paralyserait son action, en vue de satisfaire les attentes.

D'autre part, l'inflation communicationnelle a révélé que des puissants lobbys sont en œuvre. Elle atteste également des jeux dans l'ombre, d'acteurs externes, soucieux de tirer les ficelles. "Dans les périodes de troubles, rien n'est plus commun que l'alliance du vice audacieux et de la vertu turbulente" (Pierre Gaxotte. Thèmes et variations, Propos sur la liberté, Paris, Fayard, 1957). Une telle alliance insoupçonnée de conjoncture, peut saisir l'opportunité d'une crise entre des frères d'armes. Les dirigeants de Nida Tounis doivent être vigilants, pour faire échec aux ennemis de tous bords, qui proposeraient leurs soutiens intéressés.

De leur coté, les membres de Nida Tounes se voient dans un bateau ivre, privé de direction. Les simples réajustements seraient loin de suffire. "C'est le courage qui permet d'assumer l'adversité, essentiel de la politique" (Chantal d'Elsol, "les français saisis par l'angoisse", Le Monde, 6 novembre 2014). La direction Nida Tounis devrait faire valoir la synthèse à tout prix, le compromis, à défaut de consensus. La parole abondante d'une direction inaudible, ne permet pas une sortie de l'impasse. Autrement, Nida Tounes ne passerait pas le deuxième cap électoral.

D'ailleurs la question dépasse le parti et suscite l'inquiétude générale. Prenons la juste mesure de la grande désillusion postélectorale. La déconstruction est-elle désormais une spécialité tunisienne ? Démentons les diagnostics pessimistes. Le pays a des repères, qui font échec aux dérives. La réussite de la transition démocratique tunisienne l'atteste et le confirme, dans la grande épreuve de l'aire arabe. Fait certain, Nida tounes porte une figure de l'avenir, qui nécessite une mobilisation salutaire de l'ensemble de ses dirigeants et de ses adhérents.

(L'Economiste Maghrébin n°654

du 18 mars au 1er avril 2015).

Partager cet article

Repost 0
Published by Pr. Khalifa Chater - dans Tunisie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog du Pr. Khalifa Chater (Tunisie)
  • : Blog d'analyse géopolitique
  • Contact

Recherche